Le blues des 25 ans ou la crise du quart de vie

Écrit par dans Blog |

Au secours, j’ai 25 ans ! j’ai attrapé le blues des 25 ans.

25 ans le blues

Première constatation des adultes vieillissants que sont leurs parents : comment est-ce possible ? Il ou elle a tout ce qu’il lui faut ! C’est quoi ce blues des 25 ans ?

Le jeune adulte lui-même ne comprend pas ce qui lui arrive. Trop peu d’articles sur le sujet peuvent le guider. La génération qui finalement a été choyée plie sous le poids du monde adulte.
Ils ont été choyés, protégés, guidés aussi bien que le couple qui leur sert de parents a pu le faire. Comme vous, vous avez tentés, sans le savoir, a votre insu d’éviter de faire vivre à votre progéniture vos propres souffrances, vos propres manques. Il serait inconcevable de lire cette souffrance dans les yeux de votre enfant.
Une façon de faire évoluer l’humanité comme une autre me direz-vous. Peut être avez-vous une autre idée pour accélérer le changement ? Pouvoir connaître les besoins de votre enfant, plutôt que d’être dans une conduite d’évitement de vos souffrances pourrait vous aider.

Le blues des 25 ans

Il est donc inacceptable et totalement incompréhensible que ce jeune puisse se sentir mal à ce point vous dîtes-vous. J’ai une bonne nouvelle pour ce jeune et pour vous même. Si, c’est totalement possible ! Les jeunes ont malheureusement peur d’échanger sur le sujet même entre eux. Ils en arrivent à faire semblant, à cacher leur mal être jusqu’à ce qu’il explose en eux. Le sentiment de honte les gagne, puisque personne n’en parle, et qu’en plus il n y a aucune raison…

Les symptômes

  • perte d’illusion, le jeune adulte se retrouve confronté à la réalité de la vie, les rêves d’enfants sont bousculés
  • on se sent « vieux »
  • on ne veut pas devenir adulte (vu les exemples qui les entourent avec le pessimisme souvent ambiant, je les comprends)
  • angoisses existentielles : on ne sait pas pourquoi, peut être quitter le nid familial, s’assumer, perdre sa jeunesse
  • perte de confiance en soi : on ne comprend pas ? tout a toujours bien fonctionné
  • instabilité émotionnelle et affective
  • sentiment d’insécurité
  • perte de joie de vivre
  • insomnie
  • troubles digestifs
  • sentiment de vide
  • etc…

Comment les aider ?

Votre présence est ESSENTIELLE. Même si cela vous parait complètement incohérent, il vous incombe en tant que parent de continuer à les conduire à se retrouver.

blues des 25 ans
Discutez des difficultés qu’il rencontre SANS les juger. Acceptez d’entendre ce qui se passe. Aidez votre jeune adulte à reprendre contact avec ses rêves, avec ses projets, à mettre en place une démarche constructive pour les réaliser.

Documentez-vous, parlez avec d’autres jeunes pour voir comment ils passent ce cap des 25 ans.

La jeune femme qui aujourd’hui a 27 ans, avait dessiné le dessin ci-dessus à 12 ans. Elle avait aussi écrit :

« Les arbres sont fleuris, vous le savez tous. A l’intérieur de vous, il y a des fleurs, des racines. Près de la terre, de vos pieds beaucoup de mousse. Quand vous n’avez pas bonne mine, dites vous simplement que même GRAND vous aurez toujours UN ARBRE EN VOUS ». PB

Cette jeune femme a découvert le blues des 25 ans, et a pu retrouver son arbre avec ses fleurs. Voici son commentaire :
« Je suis heureuse de m’en être sorti, de pouvoir de nouveau prendre soin de moi et de pouvoir m’aimer de plus en plus. »

Dirigez-le vers un professionnel pour l’aider à se débarrasser de « ses » casseroles qui déjà l’encombrent.

Nous leur avons proposé un monde où tout est « construit », un monde où il n’y a plus rien à faire en apparence. Notre monde avait des avantages, mais il s’avère que nous sommes à la fin d’un système ou TOUT est à refaire, réinventer, reconstruire.

Nous avons besoin de leurs talents à imaginer, à construire, à penser différemment que les générations précédentes pour créer un monde différent. Rappelez leur que tout est à construire à chaque instant, et qu’ils sont là parmi nous pour cela.

N’hésitez pas vous à consulter, à dépasser vos limites, à vous débarrasser de vos propres casseroles émotionnelles, traumatiques pour leur faciliter le chemin du changement.

Atelier être parent de Soi

Si vous le souhaitez, contactez-moi ! N’hésitez plus.

 

 

Join the conversation and post a comment.

  1. G Michele

    Bonjour Annick,
    Merci pour vos lettres, c’est tellement vrai tout ça.
    Nous avons réussi je pense à surmonter elle et moi le problème des deux sujets que vous évoqués, je savais pour la ménopause mais pas le bluz des 25 ans je comprend mieux à présent ce qui s’est passé et vous avez raison de dire qu’ils leurs faut notre présence.
    Bonne continuation.
    Sincères salutations
    MIchele

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.